Dans un secteur où les défis du quotidien sont mis en jeu en permanence, il est nécessaire de pouvoir percevoir les projets et programmes immobiliers qui prennent en compte la lutte contre le changement climatique, qui favorisent le confort et bien-être des occupants, le recours à l’économie circulaire et plus globalement, les bonnes pratiques à long terme.

Une certification ou un label immobilier permet alors d’apprécier un bâtiment et d’en faire un rapport de performance afin de le comparer avec les autres (pour un investisseur), ou bien d’améliorer sa performance (pour un opérateur) par des actions favorables à l’environnement, à la société, etc.

Différents critères sont examinés et le résultat final se caractérise sous de multiples formes selon le label ou la certification et les enjeux qu’il traite.

Les labels immobiliers généralistes

Un label immobilier considéré comme “généraliste” prend en compte des indicateurs très variés qui se rattachent à tous les aspects des critères ESG. Les thématiques traitées sont :

  • l’environnement avec entres autres des indicateurs sur les émissions carbone, le cycle de l’eau, la mobilité…
  • le social avec l’analyse d’exemples tels que la santé et la sécurité de occupants, l’accessibilité, le confort et le bien-être…
  • le gouvernance qui prend en compte les critères d’intégration des enjeux ESG, les relations avec les parties prenantes ou encore la gestion de crise.

Les immeubles résidentiels

La certification NF Habitat

Délivrée par la filiale Cerqual ‘Qualitel’ ou par Socotec, la certification NF Habitat analyse les immeubles résidentiels pour mettre en valeur leurs bonnes pratiques en matière de durabilité dans la construction du bâtiment. La qualité d’usage finale du projet est aussi examinée grâce aux critères ESG – environnementaux, sociaux / sociétaux et de gouvernance.

Les données sont rassemblées dans les mêmes rubriques que celles du référentiel HQE :

  • qualité de vie,
  • respect de l’environnement,
  • performance économique
  • et management responsable.

Enfin, le résultat délivre l’un des 4 niveaux de performance :

  • NF Habitat,
  • très performant,
  • excellent
  • ou exceptionnel

(la note se caractérise aussi par le nombre d’étoiles pour chaque engagement).

Exemple : La Tour Silva située à Bordeaux est certifiée NF Habitat et HQE Bâtiment. Cet immeuble également scoré par Orama dans le cadre d’investissement en nue-propriété (usufruit locatif intermédiaire) répond à de nombreux critères de durabilité : efficacité énergétique, construction bas carbone, mixité des usages, mixité sociale.

Retrouvez l’analyse de la Tour Silva : https://www.orama-patrimoine.fr/tour-silva-bordeaux/

Les immeubles résidentiels et tertiaires

La certification HQE bâtiment

La certification HQE Bâtiment se place dans la lignée des certifications qui ont pour but de valider la durabilité des méthodes et des matériaux utilisés dans la construction de bâtiments. Elle évalue également le confort des lieux, s’assurant que les espaces sont sains et adaptés au changement climatique.

Les critères se basent sur une quinzaine de thèmes (nombre variable selon si le bâtiment est en construction, rénovation ou exploitation). Ces thèmes sont eux-mêmes classés dans 4 groupes distincts :

  • la qualité de vie,
  • le respect de l’environnement,
  • la performance économique
  • et le management responsable.

Exemple : La résidence Green Side à Lyon est certifiée HQE Bâtiment. Ainsi une approche globale en lien avec les enjeux de durabilité est prise en compte : biodiversité, confort et bien-être des locataires, gestion responsable du chantier, qualité des matériaux…

Retrouvez l’analyse de la résidence Green Side : https://www.orama-patrimoine.fr/investissement-immobilier-lyon-5eme/

HQE

Les immeubles tertiaires

La certification BREEAM

La certification internationale BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method) s’appuie sur les différents aspects du développement durable pour évaluer la performance environnementale des bâtiments en rénovation.

Le référentiel traite de critères tels que la gestion responsable, l’utilisation efficace de l’énergie, la conservation des ressources, la qualité de l’environnement intérieur, etc.

Une note finale située entre 0% et 100% permet de situer le projet sur une échelle de valeurs. Il est nécessaire d’obtenir a minima 30% afin de prétendre à la certification.

BREEAM

La certification LEED

LEED (Leadership Energy Environmental Design) est également une certification internationale qui possède un double objectif. D’une part, favoriser la durabilité des pratiques et matériaux utilisés lors de la construction d’un immeuble, d’autre part garantir une qualité d’usage des logements.

Les données examinées sont réparties en 9 catégories : processus intégré, localisation et transports, aménagement durable des sites, gestion efficace de l’eau, énergie et atmosphère, matériaux et ressources, qualité des environnements intérieurs, innovation et priorité régionale.

La certification distribue l’un des quatre niveaux de performance selon le nombre de points, entre certified, silver, gold et platinium.

LEED

La certification BEE : Bâtiment Energie Environnement

L’organisme Prestaterre a développé sa propre certification : BEE (Bâtiment Energie Environnement) qui se décline en fonction de la nature du bâtiment (neuf, ancien, tertiaire). Son objectif  : soutenir la performance énergétique, environnementale et sociétale des bâtiments. L’analyse fournit aussi des conseils et des pistes de progrès pour les résidences notées.

Les critères suivent le fonctionnement de l’économie circulaire en se basant sur 4 piliers :

  • l’éco-conception du bâtiment et management du projet,
  • le bâtiment dans son environnement,
  • la sobriété en énergie, carbone et matériaux
  • et les usages et qualité de vie.

La certification distribue des mentions qui répondent à des exigences précises afin d’affiner les résultats et de s’adapter aux caractéristiques des immeubles.

BEE

Les labels immobiliers pour le climat

Ce sont des labels qui se concentrent sur tous les aspects environnementaux. Les critères d’analyse se basent généralement sur le développement durable, mais aussi sur la Taxonomie Verte. Les objectifs sont de diminuer la consommation d’énergie afin de réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et ainsi atteindre la neutralité carbone.

Les immeubles résidentiels

Le label Effinergie

Effinergie est une famille de 8 labels qui valorise des opérations de rénovation aussi bien dans le secteur tertiaire que dans le résidentiel. Les exigences sont centrées sur l’impact énergétique des bâtiments. Des critères tels que la perméabilité à l’air du bâti, le choix des isolants ou encore les mesures de consommation d’énergie sont examinés par un référentiel.

Les bâtiments analysés peuvent être neufs ou en rénovation selon la nature du label (BBC Effinergie, BEPOS Effinegrie, Effinergie+…)

Exemple : le projet immobilier baptisé L’Îlot Fauvelles à Courbevoie (92) est une résidence labellisée Effinergie+.

Retrouvez l’analyse de l’Îlot Fauvelles : https://www.orama-patrimoine.fr/immobilier-courbevoie/

Les immeubles tertiaires

Le label Bâtiment Biosourcé

Le label Bâtiment Biosourcé se concentre uniquement sur le secteur tertiaire et se limite à la construction neuve. Son objectif est de lutter contre le changement climatique en développant l’emploi de matériaux renouvelables lors de la construction de nouveaux bâtiments. Le label favorise aussi les nouvelles pratiques innovantes en faveur de l’environnement.

Les prérequis se basent sur un taux minimal d’incorporation de matériaux biosourcés dans la construction. La mixité des produits utilisés ainsi que les performances environnementales et sanitaires sont aussi analysées.

A noter : le label Bâtiment Biosourcés n’est accessible qu’avec les certifications NF HQE ou NF HPE.

Matériaux biosourcés : matière issue de la biomasse végétale ou animale. (bois, chanvre, paille, laine, etc.)

Bâtiment Biosourcé

Les immeubles résidentiels et tertiaires

Label Bas Carbone

L’objectif premier du label immobilier Bas Carbone est de diminuer les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Il concerne les projets immobiliers en rénovation et vise à la neutralité carbone d’ici 2050.

Un score est réalisé grâce aux réductions d’émissions carbone effectuées. Des “bonus” permettent aussi de favoriser l’obtention du label avec des actions positives pour l’environnement ou le social (bonne gestion de la biodiversité, de l’eau, de l’énergie…)

Bas carbone

Le label BBCA

L’Association pour le Développement du Bâtiment Bas Carbone (BBCA) ambitionne de diviser par 2 les émissions de CO2 par m2 construit. Le label BBCA agit alors comme une notation pour juger les émissions de Gaz à Effet de Serre des immeubles.

3 niveaux de notation (BBCA Standard, BBCA Performance et BBCA Excellence) résultent de 2 critères distincts :

  • Le CO2 évité
  • Les axes d’innovations climat qui se définissent par la quantité de matériaux réemployés.
BBCA

Le label E+/C-

Le label bâtiment à Énergie Positive et Réduction Carbone ou label E+/C-, s’adresse aussi bien au secteur du tertiaire que du résidentiel dans le cadre de projets de construction.

Il concerne la performance énergétique et la performance environnementale des bâtiments. Les indicateurs utilisés pour l’analyse sont les critères Bilan Bepos et Carbone. Ils reposent sur les émissions carbone mais aussi sur les réglementations thermiques.

Le label E+/C- préfigurait la nouvelle Réglementation Environnementale RE2020 lorsque la RT2012 était en vigueur. Il a ainsi permis aux opérateurs immobiliers de tester leurs programmes en intégrant certains pré-requis de la RE2020 tels l’Analyse en Cycle de Vie (bilan carbone) et la performance énergétique.

Exemple : La résidence Patton à Angers bénéficie du label E+/C-. Le promoteur Opus Groupe s’est engagé notamment à mesurer l’empreinte carbone du bâtiment sur tout son cycle de vie.

Retrouvez l’analyse de : https://www.orama-patrimoine.fr/investissement-immobilier-angers/

Les labels immobiliers liés au confort & bien-être

Le confort et le bien-être des habitants d’un bâtiment sont primordiaux. Multiples labels et certifications jugent alors de la qualité de vie des locataires au sein des logements afin de l’améliorer.

Les bâtiments tertiaires

Le label Accessibilité

Les objectifs du label Accessibilité viser à mesurer et promouvoir le confort et le bien-être des locataires, leur bonne santé par l’eau et la qualité de l’air. Le sujet de la sécurité est aussi un élément important pris en compte dans les critères d’obtention du label.

La note se base sur l’adaptation du bâtiment aux besoins de tous ses habitants dans un esprit d’inclusion : femmes enceintes, personnes âgées ou en situation de handicap.

Le label Bâtiment accessible certifié

La certification BAC (Bâtiment Accessible Certifié) se concentre sur les immeubles résidentiels qu’ils soient neufs ou en réhabilitation. Les objectifs du label sont le mieux vivre ensemble et l’amélioration de la qualité d’usage. La sécurité, le confort et l’esthétique font aussi partie des missions du label.

Le référentiel recense 82 indicateurs qui sont analysés et constituent un suivi régulier pour s’assurer de la bonne continuité de la démarche.

BAC

Le label Osmoz

Osmoz est un label qui se concentre sur la qualité de vie au travail. Son but : permettre aux usagers de travailler dans un environnement sain tout en respectant le développement durable et la responsabilité sociale de l’entreprise.

Pour décerner ce label, les données examinées sont réparties sur 6 enjeux :

  • la démarche collaborative (donner du sens au projet grâce à une bonne organisation du travail),
  • les fonctionnalités (la sûreté des équipements, la qualité digitale…),
  • la communication et le lien social,
  • l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle,
  • l’hygiène de vie
  • et la santé environnementale.
Osmoz

Les immeubles résidentiels et tertiaires

Le label Intairieur

Le label immobilier Intairieur vise à améliorer la qualité de l’air dans les logements. L’air dans les espaces clos est considéré comme pollué et donc mauvais pour la santé. Le label vise à appliquer une démarche responsable prenant en compte :

  • les enjeux de santé publique
  • les enjeux de consommation énergétique.

Les critères d’analyse sont répartis sur 4 thèmes :

  • la sensibilisation des différents intervenants,
  • l’intégration du bâtiment dans son environnement immédiat,
  • les équipements et matériaux de construction
  • et le renouvellement de l’air au sein du bâtiment.

Chaque thème présente de nombreuses exigences qui relèvent de rubriques précises en lien avec le bâtiment.

Intairieur

La certification Fitwel

Certification internationale, Fiwtel vise à améliorer la santé des usagers ou des habitants des bâtiments qu’elle évalue. La qualité de l’air, l’accès à la lumière naturelle, la création d’espaces propices à l’activité physique sont tout autant d’éléments qu’ambitionnent les immeubles qui cherchent à décrocher cette certification.

Les indicateurs d’analyse examinent les pratiques des habitants et leur qualité de vie dans les espaces qu’ils utilisent au quotidien. Les bâtiments déjà certifiés sont alors rangés dans une grille de classification afin de les comparer les uns aux autres.

Fitwel

Les immeubles résidentiels

Le label HS2

La labellisation Haute Sécurité de Santé (HS2) est destinée aux bâtiments qui permettent aux personnes en situation de vulnérabilité (seniors, personnes en situation de handicap) de rester le plus longtemps possible chez eux. Les logements intégrant le label HS2 sont organisés de sorte à accueillir les habitants fragilisés dans les meilleures conditions possibles.

Cette démarche évalue plusieurs critères tels que l’accessibilité dans les espaces de vie comme la cuisine ou la salle de bain, le balisage lumineux pour prévenir les chutes la nuit, la mise en place de domotique, l’existence d’installation d’équipements connectés (détecteur de chute, dispositifs médicaux connectés…), la présence d’espaces de convivialité et les services individuels ou collectifs proposés.

Les labels immobiliers de connectivité

La connectivité juge de la performance technologique des bâtiments. Les labels et certifications permettent de noter la qualité et la productivité des espaces de travail selon des critères le plus souvent numériques.

Les immeubles résidentiels et tertiaires

Ready2services

Le label R2S (Ready2Services) exprime les enjeux numériques actuels. Afin d’optimiser les performances technologiques et de s’adapter aux évolutions numériques des bâtiments, le label propose une notation en 4 niveaux : base, 1, 2 ou 3 étoiles.

Les critères se divisent en 6 points essentiels : une connectivité de qualité, une architecture réseau facilitant les flux de données, des équipements et interfaces interopérables, une sécurité informatique efficace et un logement responsable.

Être labellisé R2S permet d’optimiser son infrastructure et ses équipements afin de faire évoluer les performances numériques et technologiques du bâtiment.

R2S

Le label Wiredscore

Le but premier du label immobilier Wiredscore est de valoriser la performance digitale des bâtiments du secteur tertiaire afin d’améliorer la qualité des espaces de travail et bureaux.

Wiredscore est un référentiel de 100 points qui intègre des indicateurs tels que la sécurisation des réseaux télécoms, la liberté dans le choix des futurs prestataires numériques pour les exploitants ou encore, l’adaptabilité aux futures technologies.

Le résultat peut atteindre différents niveaux : Certified, Silver, Gold ou Platinum.

Les labels immobiliers en faveur de la préservation de la biodiversité

Les labels liés à la biodiversité s’assurent du respect et de la préservation de la nature dans l’environnement proche du projet immobilier.

Les immeubles résidentiels et tertiaires

Le label Ecocert (Espace Végétal Écologique)

Ecocert est l’un des 3 labels de gestion écologique des territoires. Il permet l’évaluation des espaces végétalisés et la mise en œuvre de pratiques favorables à l’écologie.

Le label possède 70 critères. Parmi eux, 4 doivent être impérativement respectés dès la première année d’engagement : l’absence de produits chimiques, l’existence d’une politique d’économie de l’eau et de l’énergie dans l’entretien des espaces végétalisés, une démarche d’attention au sol et des actions en faveur de la biodiversité et du maintien de végétaux spontanés.

Les sites examinés par le label Ecocert correspondent à plusieurs aspects du développement durable, ce qui les rend favorables aux enjeux climatiques actuels.

Ecocert

Le référentiel EcoJardin

Le référentiel EcoJardin examine la démarche de gestion écologique d’un projet immobilier. Il se base sur des principes précis qui prennent en compte la politique globale du gestionnaire et ses pratiques responsables.

Ce sont 7 domaines qui définissent les nombreux critères de ce label, entre planification et intégration du site dans son contexte territorial, attention au sol, utilisation et gestion de l’eau, faune et flore, mobiliers, matériaux et engins, formation et publics. Si tous les critères essentiels sont respectés, alors le site peut être labellisé EcoJardin.

EcoJardin

Le label Biodivercity

La labellisation Biodivercity se scinde en deux labels différents :

  • Biodivercity Construction, qui mesure et valorise la pris en compte de la biodiversité dans les projets immobiliers,
  • et Biodivercity Life qui évalue et accompagne la prise en compte de la biodiversité dans les pratiques de gestion et d’entretien du bâtiment.

Les deux évaluent les immeubles grâce à 4 axes :

Pour Biodivercity Construction :

  • engagement,
  • moyen mis en œuvre,
  • évaluation des bénéfices écologiques,
  • évaluation des bénéfices pour les usagers.

Pour Biodivercity Life :

  • engagement,
  • valeur écologique,
  • renforcement écologique,
  • renforcement biophilique.

Le résultat final donne lieu à 5 niveaux de performance et un audit de renouvellement dans le but d’améliorer le score.

Exemple : La résidence Wood Side à Montreuil possède le label Biodivercity. Il atteste d’une démarche favorisant la préservation de la biodiversité urbaine en adoptant des pratiques écologiques dans la gestion des espaces.

Retrouvez l’analyse de la résidence Wood Side : https://www.orama-patrimoine.fr/investissement-immobilier-montreuil/

Biodivercity

La certification Effinature

L’objectif de la certification Effinature est de mesurer, d’améliorer l’intégration et la préservation de la biodiversité tout au long du cycle de vie du bâtiment. Il existe 2 niveaux de certification, Effinature et Effinature Haute Valeur Environnementale (HVE) qui inclut aussi la phase d’exploitation du projet. Le niveau HVE est plus ambitieux que le premier et se caractérise – par exemple – par un CBS (Coefficient de Biotope par Surface*) de 0.4 au lieu de 0.3, ou encore par une surface de pleine terre supérieure aux exigences d’Effinature.

Au total, 80 indicateurs évaluent le bâtiment, aussi bien dans une approche qualitative que quantitatif. Ces indicateurs sont classés en 5 thèmes : la préservation du sol, la réduction des impacts du projet, la valorisation des compétences, le développement du patrimoine végétal, le soutien de la faune locale.

Exemple : la résidence Terra Cotta à Toulouse est certifiée Effinature. Elle atteste de mesures de préservation de la biodiversité et un développement continu de ses pratiques écologiques à l’échelle du bâtiment.

Retrouvez l’analyse de la résidence Terra Cotta : https://www.orama-patrimoine.fr/toulouse-minimes/

*Le CBS est un coefficient prenant en compte l’ensemble des surfaces éco-aménagées. Celles-ci sont pondérées en fonction de leur nature : parking perméable, toiture végétalisée, terre pleine, terre sur béton, etc.

Effinature

Les labels immobiliers dans l’économie circulaire

Afin de développer le recyclage et le réemploi de matériaux dans l’immobilier, des labels et certifications analysent l’économie circulaire des projets et programmes, de la construction à la livraison du bâtiment.

Les immeubles résidentiels et tertiaires

Le label 2EC

Engagement Economie Circulaire est un label national qui a pour but d’identifier et de valoriser les bonnes pratiques liées à la prévention et la gestion des déchets. La démarche souhaite faire croître l’utilisation de matériaux alternatifs dans le secteur du bâtiment.

En prenant part au projet, les maîtres d’ouvrage s’engagent à travers une charte élaborée avec des filiales comme La Métropole Grand Lyon, la Société du Grand Paris, la Fédération Nationale des Travaux Publics, etc.

Le Cerema pourra ensuite transmettre le label à tout moment entre la conception et l’achèvement du projet. Il est accessible aux projets de construction et d’aménagement qui valorisent les matériaux alternatifs et gèrent les déchets de conception.

2EC

Le label Circolab

Circolab récompense les projets qui effectuent le réemploi de produits du bâtiment.

Les critères d’obtention prennent en compte plusieurs exigences réparties sur 4 catégories : la naissance du projet, sa conception, le chantier et enfin la livraison.

Circolab délivre alors un niveau de performance de 1 à 5 selon le nombre de points. La couleur (jaune, orange ou vert) permettra alors d’identifier si le projet immobilier correspond aux fondamentaux de l’économie circulaire.

Circolab

Le label Ecocycle

Ecocycle est un label immobilier de la société SOCOTEC (gestion des risques dans la construction et les infrastructures) qui valorise les efforts de l’économie circulaire sur la conception d’un projet, mais aussi à sa livraison.

4 grandes catégories réunissent les indicateurs d’analyse :

  • l’éco-conception,
  • l’économie responsable,
  • le réemploi des matériaux
  • et le recyclage des déchets.

Le label est constitué de plusieurs niveaux : engagé, confirmé ou exemplaire. Ainsi, promoteur, investisseur ou maître d’ouvrage peuvent garantir des actions d’économie circulaire sur leur projet immobilier.

Ecocycle